Le washi

Le papier washi est fabriqué de façon artisanale depuis des siècles. Il est principalement fabriqué à partir d’écorces de trois types d’arbustes : le mûrier à papier (le kozo), le mitsumata et le gampi ou encore le riz et le blé.

Le papier washi a été inscrit en 2014 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Lors de mes voyages au Japon, dans les Alpes japonaises sur la route de Kanazawa dans la préfecture de Gifu, ou sur l’ile de Kyushu dans la préfecture de Fukuoka, je suis allée visiter ces artisants qui fabriquent encore le papier de façon artisanale. Il s’agit de familles où la tradition se perpétue entre les générations. J’en ai rapporté des souvenirs photographiques que je partage bien volontiers avec vous, et bien sûr de nombreux rouleaux de papiers uniques!

 

La première étape de la préparation du papier consiste en la cuisson du bois de mûrier.

 

Le bois est ensuite rincé et réduit en pâte, laquelle est découpé en pulpe, mais toujours sans casser les fibres du bois.

 

La pulpe est ainsi mélangée dans une cuve d’eau où l’artisant, à l’aide d’un tamis fixé sur un cadre, décrit des mouvements de va-et-vient afin de répartir la pulpe sur le tamis pour ainsi former les feuilles de washi.

 

Les feuilles sont ensuite déposées pour être pressées et séchées.